Compostelle

Et après le chemin,

mon retour à la maison est plein de décalages : les gens sur leur téléphone, ils ne regardent pas là où ils vont, plus de bonjour, plus de regard bienveillant.

Je me dis pourquoi ? quelle déconnexion, suis-je à ma place ici en terre Cergyssoise ? Les gens que je croise et à qui j’en parle me disent : « ben oui, part en Bretagne ou dans le Sud. » Quand j’y pense cela pourrait être une possibilité. Puis je me dis, je suis bien à Cergy, comment pourrais-je faire pour créer cette re-connexion.

Du coup, mon projet d’espace partagé avec différents thérapeutes et thérapies remonte à la surface. Je me dis que si la première fois sa forme, son financement n’ont pas fonctionné s’est qu’il faut que je trouve la bonne formule. Alors me voilà en marche pour créer cette source d’espoir, d’écologie humaine et peut-être un lieu dévolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *